JULIEN DUPRE : peintre de la ruralité

Publié le

 Julien Dupré est un peintre français réaliste  né en  1851 et mort à Paris en 1910. Il se déplacera souvent dans notre Picardie pour y peindre des scènes paysannes  et animalières.

( link)  ( link )

 

Des scènes qui nous parlent , pour certains d'entre nous ....

Julien Dupré (1851-1910)

Julien Dupré(1851-1910) la moisson

Julien Dupré le repas des moissonneurs ( 1851-1910)

Julien Dupré la faneuse 1851 1910

merci de votre visite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

CHARON Bernard 21/04/2014 08:51


Bonjour Brigitte,


Né au Tréport, en 1937, à quelques encablures de la Somme, c'est toujours avec grand plaisir que je regarde ces "images de la Somme".


J'avais raconté, je crois, que j'avais connu le bombardement d'Abbeville du 20 mai 1940 et que, à cette occasion, j'avais fait la connaissance de Mademoiselle Jacqueline LEGRAND, 5 place du
Pilori à Abbeville. Melle LEGRAND, aujourd'hui âgée de 94 ans, a écrit l'ouvrage "Courageuse Abbeville" qui relate l'histoire des bombardements de cette ville durant la 2nde guerre mondiale,
notamment celui du 20 mai 1940. Nous avons échangé des informations par téléphone et par courrier. J'ai même eu le plaisir de lui rendre visite une fois, durant l'été 2012. Il est d'ailleurs
possible que je puisse renouveler cette visite l'été prochain; mais rien n'est moins sûr. Melle Jacqueline LEGRAND est désormais esseulée. Elle me dit qu'elle a des neveux et nièces qui viennent
la voir de loin en loin (ils habitent assez loin). Etant donné son grand âge, elle a perdu toutes ses amies. Elle souffre visiblement de solitude.


Pour lui apporter un peu de réconfort, je lui transmets de temps en temps des photographies glanées sur votre blog. J'en imprime plusieurs et les lui envoie. Elle est enchantée chaque fois (il
est vrai que les clichés sont souvent fort réussis; je sais de quoi je parle puisque mon fils travaille dans un groupe de presse parisien - Bayard Presse - et que, au départ, il était
photo-journaliste).


Je pense que nous devons beaucoup à tous ces anciens qui nous transmettent la mémoire de leur région. Aussi j'ose formuler un souhait :


Melle Jacqueline LEGRAND est seule. Y aurait-il un, deux ou trois abbevillois qui accepteraient de lui rendre visite de temps en temps ? Je sais qu'elle lui parlerait de son vécu, et d'Abbeville,
si chère à ses yeux.


Si ma demande trouve un certain écho, il suffit de me contacter au 02 35 37 25 89. Pour commencer, je servirai d'intermédiaire. Je prends cette initiative sans lui en avoir parlé. Je lui
expliquerai alors par courrier (elle entend très mal au téléphone). Nous verrions alors ensemble comment arriver jusqu'à elle.  Je suis convaincu qu'une petite visite amicale, de temps en
temps, viendrait briser sa solitude et lui apporterait un peu de réconfort.


Je précise que, chaque jour, de jeunes femmes missionnées dans le cadre de l'Aide à la personne viennent chez elle effectuer des tâches ménagères et, me semble-t-il, quelques courses et préparer
des repas.


Merci à tous pour cette amie lointaine. Bernard Charon